Marie-Dorée DELACHAIR

Psychothérapeute

Spécialiste des addictions

Bienvenue sur mon site Aller Mieux

Mon cabinet de psychothérapie est situé à Cannes (Alpes maritimes, 06). J’interviens sur Cannes et ses environs (Nice, Mougins, Sophia Antipolis, Monaco...)


Les phobies

Les phobies sont des peurs intenses déclenchées par des stimuli spécifiques bien identifiés.

Les phobies se traitent très bien par hypnothérapie et psychothérapie. Le problème étant une association très localisée, il suffit de faire une dissociation entre le déclencheur et l'émotion. Plusieurs techniques sont disponibles pour cela, qui toutes conduisent à des résultats rapides et solides. Quand il est possible de retrouver l'événement à l'origine de l'association, on peut travailler sur ce souvenir et par un recadrage ou une restructuration mémorielle en supprimer la composante émotionnelle.

Sinon, on peut travailler directement sur l'état présent sans en trouver l'origine, et pratiquer une technique de désensibilisation inconsciente.
Ce qui caractérise les phobies c'est d'abord l'intensité de la peur provoquée qui peut aller jusqu'à l'extrême terreur, la crise de panique, voir l'évanouissement, et ensuite, le fait que le stimulus déclencheur soit spécifique, bien identifié, et ne soit pas générateur de peur pour la plupart des gens.
Cette intensité est telle que les phobiques font tout ce qu'ils peuvent pour éviter de se trouver dans la situation qui déclenche leur phobie.
Il existe tout sorte de déclencheurs, et en fonction de cela, on donne un nom différent à la phobie. Par exemple:

PHOBIE DECLENCHEUR
claustrophobie le fait d'être enfermé dans un espace étroit
arachnophobie les araignées
nosophobie la maladie
triskaidekaphobie le chiffre 13
acrophobie ce qui est élevé
antophobie les fleurs
cynophobie les chiens
gymnophobie la nudité
koniphobie la poussière
ornithophobie les oiseaux
thalassophobie la mer
ailourophobie les chats
etc.  


Dans l'esprit du phobique, un souvenir, lié au déclencheur, est associé avec une peur de forte intensité. Lorsque le patient se trouve dans la situation ou en présence de l'objet de la phobie, une correspondance inconsciente se fait avec le souvenir et l'émotion associée, la peur, est réactivée.

Le souvenir originel provient d'un événement vécu par le patient et qui lui a fait peur sur le moment. Parfois ce souvenir est refoulé, oublié consciemment, parfois il reste bien clair dans l'esprit conscient. Quand le patient se souvient d'avoir ressenti de la peur, ce n'est pas forcément avec la même intensité que lors de la crise de phobie.

L'intensité de la peur peut parfois s'expliquer, comme par exemple la personne peut, au moment de l'événement originel, inconsciemment penser qu'elle va mourir, elle peut alors avoir une peut très intense, qu'elle ne perçoit pas forcément du fait de l'anesthésie provoquée par la peur elle-même. Parfois cette intensité est liée à la grande jeunesse du patient au moment de l'événement d'origine.